Historique :

Une belle histoire de famille !

C’est Monsieur Monthelie qui a fondé le domaine, il y a plus de 300 ans. Le vieux pressoir écureuil encore installé à sa place d’origine datant de cette époque, a servi jusqu’en 1932.

Monsieur Monthelie aura deux enfants, un fils (Docteur Monthelie) et une fille (Alix), ils lui succéderont à la tête de l’exploitation, le Domaine Monthelie-Douhairet fait alors 12 hectares.

A leur mort, les deux filles d’Alix, Charlotte et Armande, décident ensemble de tenir les rênes du Domaine.

Au début des années 70, Charlotte décide de vendre sa part, au grand désespoir d’Armande qui ne pourra pas racheter le bien de sa sœur. Le Domaine sera alors divisé en deux, et « Miss Armande », continuera d’exploiter, de vinifier, de mettre en bouteille et de commercialiser les 6 hectares qui lui reste.

En 1989, Armande s’associe avec son fils adoptif, André Porcheret. Ils fondent ensemble le Domaine Monthelie-Douhairet-Porcheret.

2004 la Bourgogne perd une « grande dame du vin », le 20 avril « Miss Armande » s’éteint.

A ce jour le domaine compte toujours 6 hectares, André Porcheret rejoint par sa petite fille Cataldina, le dirige.

 

 

Parcours d’André Porcheret :

 

- Négoce Clerget à st aubin

- De 1976 à 1988 régisseur aux hospices de Beaune

- 1988 à 1993 régisseur au domaine Lalou Bize Leroy (Vosne Romanée)

- 1994 à1999 à nouveau régisseur des hospices de Beaune

Toujours en parallèles du Domaine Monthelie –Douhairet –Porcheret

 

 

Récompenses pour son travail :

 

- Chevalier du mérite agricole en 1985

- Officier du mérite agricole en 1995

- Chevalier de l’ordre national du mérite en 1989 (à l’Elysée par Mr le Président de la République)

- Chevalier de la légion d’honneur en 1998 (au ministère de l’agriculture par Mr le Ministre de l’agriculture)

 

 

Méthode de travail 

 

Les pratiques culturales de la vigne sont traditionnelles, labour des sols, tailles guyot, brûlage des sarments, vendange en vert si nécessaire, récolte manuelle en petite caisse de 25 kg ajourées.

 

Toutes les étapes de la vinification se font dans la cuverie du Domaine (jusqu’à la commercialisation), le tri sévère fait partie des incontournables et se réalise sur une table de tri. Nous travaillons encore en cuves bois ouvertes.

L’élevage des vins se fait dans la cave voûtée vieille de plus 300 ans, où les vins sont descendus par gravité encore chaud pour un bon mariage avec le bois. Rouge et blanc sont élevées en pièces bourguignonnes (228 litres) pour une durée de 20/22 mois pour les rouges et 18/20 mois pour les blancs avec un pourcentage de 10% de fûts neufs. La mise en bouteille se fait également à la propriété.

 

Pour la commercialisation, notre cheval de bataille est une clientèle de particuliers et de fidèles, nous recevons sur rendez-vous au Domaine avec grand plaisir tous les dégustateurs.